Grades

 

Avant la ceinture noire : keups et il-poom

Les ceintures en couleur : les keups

Avant la ceinture noire, les grades sont divisés en keups.
Chez les pratiquants de moins de 14 ans, il y a 15 keups, et pour les pratiquants de plus de 14 ans, il y en a 10.
Voici les grades et couleurs de ceintures correspondantes :

Moins de 14 ans 14 ans et plus
Keup Ceinture
15e Blanche
14e Jaune
13e Jaune 1 barrette orange
12e Orange
11e Orange 1 barrette verte
10e Verte
9e Verte 1 barrette violette
8e Violette
7e Violette 1 barrette bleu
6e Bleu
5e Bleu 1 barrette rouge
4e Bleu 2 barrettes rouge
3e Rouge
2e Rouge 1 barrette noires
1er Rouge 2 barrettes noires
Il Poum Rouge & Noire (14 ans minimum)
1er DAN Noire (16 ans minimum)
Keup Ceinture
10e Blanche
9e Jaune
8e Jaune 1 barrette bleue
7e Jaune 2 barrettes bleues
6e Bleue
5e Bleue 1 barrette rouge
4e Bleue 2 barrettes rouges
3e Rouge
2e Rouge 1 barrette noire
1er Rouge 2 barrettes noires

Pourquoi cette différence entre les pratiquants moins de quatorze ans et plus de quatorze ans ?
Originellement, il n’y en avait pas, tout le monde était sous la même règle des 10 keups, mais la pratique était peu ouverte aux enfants. Maintenant, alors que l’age minimal requis pour passer ceinture noire est de 16 ans, beaucoup d’enfants commencent toût à  faire du Taekwondo, à  5 ou 6 ans.
Si on appliquait le même système de grades que pour les adultes, à  raison de 2 passages de grade par an en moyenne, ils se retrouveraient 1er keup (juste avant la noire) à 10 ou 11 ans, et seraient alors obligés d’attendre 5 ou 6 ans avant de pouvoir se présenter à l’examen du 1er Dan. Des keups supplémentaires ont donc été introduits pour que leur instruction puisse être continue jusqu’au Dan.

Quant à  savoir pourquoi on part du 10e keup (ou 15e) pour aller vers le premier, et pas le contraire, alors que pour les Dans, on va bien dans le sens croissant, c’est qu’en Orient, le système numérique de 10 à 1 puis de 1 à  10 est une tradition tr_s ancienne. Il est très probable qu’il y ait eu une bonne raison de faire ainsi, toujours est-il que maintenant, on ne sait plus laquelle. À noter tout de même, on retrouve le même système dans les arts martiaux japonais ou chinois (les keups s’appelant là les kyu).

Un intermédiaire avant la noire : la ceinture Il-poom

Ceinture Il-poom

Existant depuis longtemps en Corée et dans nos clubs, cette ceinture n’a été officialisée en France que récemment.
Elle est en quelques sortes un 1er Dan qu’on peut passer à 14 ans. L’examen est d’ailleurs le même que pour ce Dan. Deux ans après avoir obtenu ce grade (voir les temps de passage entre les Dans), un élève ceinture Il-poom peut se présenter directement au passage du 2e Dan, et, s’il réussit, il passe directement 2e Dan, sans avoir à passer 1er Dan.

 

La ceinture noire : les Dans

Là où tout commence

Les non-pratiquants perçoivent la ceinture noire comme un achèvement, comme le plus haut stade de la pratique et de la progression, que ce soit en Taekwondo ou d’autres arts martiaux. Il n’est pas rare non plus que des pratiquants le perçoivent ainsi. Pourtant, il n’en est rien, et même, c’est à peu de choses près le contraire : on considère que c’est à la ceinture noire que tout commence vraiment.
Il ne faut en réalité voir dans cette ceinture que la marque du passage du statut de débutant à celui d’initié, le passage de la pose des bases à leur utilisation et leur perfectionnement. Du 10e au 1er keup, on apprend l’alphabet, quand on est ceinture noire, on apprend à lire.

Les 9 Dans

Idéogramme de « san » (trois)
Idéogramme de « wang » (roi)

Une fois que l’on a la ceinture noire, on n’en change plus, mais il reste tout de même une progression à travers les 9 Dans qui subdivisent la ceinture.
Il existe évidemment une symbolique dans ce nombre de 9 Dans.

Pour commencer, le 9 est non seulement le plus grand des chiffres mais est également le résultat de la multiplication du chiffre 3 par lui-même ; et justement, dans la philosophie orientale, le 3 est un nombre très respecté, si ce n’est le plus respecté. On dit que du 1 naît le 2, du 2 naît le 3, et que du 3 naît toute chose.
L’idéogramme chinois représentant le chiffre 3 est san (voir image ci-contre). Il est constitué de 3 traits horizontaux symbolisant, en haut, le Ciel, au milieu, les mortels, et en bas la Terre. On disait qu’un individu qui réussissait à promouvoir son pays, ses compatriotes et Dieu, et qui était capable d’unifier les trois pouvait prétendre à devenir roi.
L’idéogramme pour écrire roi, wang (voir ci-contre), reprend cette idée en reliant les 3 traits horizontaux du san par un trait vertical. « Roi » et « trois » sont presque synonymes (et on pourrait presque ajouter que, curieusement, ils sont presque homonymes en français).

Lorsque l’on multiplie trois par lui-même, on obtient 9, le plus grand des chiffres ; 9 est donc le grade le plus élevé des grades supérieurs.
Il est également intéressant de noter que si l’on multiplie 9 par n’importe quel nombre, et que l’on fait la somme des chiffres du le résultat, cette somme est toujours égale à 9, ou elle-même un multiple de 9 :
9 x 1 = 9 ; 9 x 2 = 18, 1 + 8 = 9 ; 9 x 3 = 27, 2 + 7 = 9 … 9 x 9 = 81, 8 + 1 = 9.Â
Puisque 9 est le seul chiffre à posséder cette propriété, 9 représente le plus positif des présages.

Si nous poussons l’utilisation du chiffre 3 en peu plus loin, les degrés sont à nouveaux divisés en trois classes distinctes :
– les 1er, 2e et 3e Dans sont les premières étapes du novice sur le chemin de la ceinture noire. Les étudiants sont alors encore des débutants si on les compare aux Dans supérieurs.
– du 4e au 6e Dan, on entre dans la classe des experts.
– du 7e au 9e Dan, on trouve les maîtres, ceux qui comprennet pleinement les aspects physiques et mentaux du Taekwondo.

Il existe néanmoins un 10e Dan, mais il est purement honorifique, c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’épreuve à passer pour l’obtenir.

Les délais à respecter

Si on peut passer plusieurs keups par an, il n’en est pas ainsi pour les Dans.
Chaque Dan passé est le résultat d’un travail technique, comme pour tous les autres grades, mais se veut aussi être celui d’une réflexion sur son propre travail. C’est pourquoi les délais sont bien plus longs : on doit attendre entre chaque Dan autant d’années que celui à atteindre, au minimum.Â
Plus clairement, si l’on est 1er Dan, on doit attendre 2 ans avant de se présenter au 2e Dan, si l’on est 2e Dan, on doit attendre 3 ans avant de se présenter au 3e Dan, et ainsi de suite jusqu’au 9e Dan.